Trouver le bon ton

Pour ceux/celles qui ne me connaitraient pas, je fais de la prise de son dans différents studios d’enregistrement depuis maintenant plus de 30 ans. À travers les années, j’ai eu le grand plaisir de travailler avec plusieurs narrateurs professionnels (hommes et femmes) et je peux vous dire qu’ils rendaient mon travail d’enregistrement vraiment facile. Je n’avais pas énormément d’édition sonore à faire pour que leurs performances soient impeccables.

Maintenant, c’est moi qui est devant le micro. Je ne m’attendais pas du tout à être aussi bonne qu’eux – la barre est un peu haute – mais j’avoue que c’est tout un défi!

Trouver le bon ton n’est pas facile. Il faut penser au rythme – pas trop rapide ou ça sonne énervé, mais pas trop lent non plus, sinon tu as l’air médicamentée; il faut avoir de l’enthousiasme dans la voix (essentiel!), mais trop, et tu ressembles à un vendeur d’autos usagées, pas assez, et c’est ennuyeux; en plus de faire attention à la prononciation et à l’accent; avoir une bonne projection, mais sans être agressif; contrôler les bruits de bouche; toujours garder en tête son intention, car tu dois penser à ce que tu dis, à qui et pourquoi (très important!!); mais surtout, après avoir pensé à tout ça, il faut que ça sonne naturel…

Comme les textes de mes vidéos sont scriptés et non improvisés, j’utilise la même méthode que j’utilisais avec les chanteurs. J’enregistre mes scripts d’un bout à l’autre sur quatre pistes différentes, sans m’arrêter pour faire des corrections. Je ne focusse pas sur dire chaque mot parfaitement, mon but, c’est d’avoir un bon rythme et un « feel » naturel. Tout comme un chanteur, c’est facile d’être tellement concentré à dire (chanter) chaque mot correctement, qu’on ne connecte plus avec le sens de ce qu’on dit, alors j’ai placé une photo d’une de mes élèves au-dessus de mon script pour me rappeler à qui je m’adresse.

Une fois que mes quatre performances sont enregistrées, j’écoute chaque piste et je note celles que je préfère, phrase par phrase. Je procède par section d’environ une page, une page et demie de mon script, pour garder les choses fraichement en tête, et je fais un composite des meilleures performances que j’édite ensemble sur une piste maitresse (c’est une bonne chose que j’aime faire de l’édition sonore, car je dois en faire beaucoup pour sonner relativement potable, comparé à mes amis professionnels!). Lorsque j’ai terminé, je fais une dernière écoute, pour ajuster le volume et le « timing ».

Voilà! Et ça, c’était la partie facile!!
Maintenant, je dois faire les vidéos…

Laisser un commentaire

Abonne-toi à notre infolettre